CERES
Centre de formation sur l’environnement et la société

Accueil > Enseignement > Plus > Présentation > Historique de l’environnement à l’ENS > Historique de l’environnement à l’ENS

De la Cellule Environnement au CERES

Etienne Guyon, Directeur de l’ENS de 1990 à 2000 crée en 1992 une Cellule Environnement, pour répondre aux nouvelles thématiques, largement interdisciplinaires, suscitées par l’intérêt du public et des médias, ainsi que du gouvernement et du secteur privé, dans le domaine de la meilleure compréhension et d’une sage gestion de notre environnement. Cette Cellule organise des retraites à la Station biologique de l’Ecole à Foljuif, des séminaires et autres activités qui rassemblent des élèves, enseignants et chercheurs de bords très variés. Luc Abbadie, du Laboratoire du Fonctionnement et Evolution des Systèmes Ecologiques (LFESE, Département de Biologie), Gérard Weisbuch du Laboratoire de Physique Statistique (LPS, Département de Physique, et Pierre Demathieu de la Section de Géographie de l’ENS, dirigent successivement la Cellule.

Une nouvelle impulsion est donnée à la Cellule avec l’arrivée de Gabriel Ruget à la Direction de l’ENS, en 2000. Pour marquer ce renouveau, cette structure transversale s’appelle désormais la Plate-forme Environnement. En 2002, la Direction de l’ENS fait venir de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), Michael Ghil, ingénieur et mathématicien de formation, qui y dirigeait l’Institut de Géophysique et de Physique Planétaire (IGPP). Pionnier de la dynamique du climat, il devient le premier professeur de l’Ecole en enveloppes fluides. Ghil prend la direction de la Plate-forme à l’automne 2002, dès son arrivée à l’ENS. Il organise des comités de pilotage de l’enseignement et de la recherche de la Plate-forme, avec l’aide de Marie-Dominique Loÿe-Pilot, maître de conférences au Département Terre – Atmosphère – Océan (TAO, maintenant Géosciences).

En 2003, Claude Kergomard est nommé professeur et Directeur du Département de Géographie et devient directeur adjoint de la Plate-forme. Ghil démarre un Centre de Modélisation et de Contrôle Optimal de l’Environnement Planétaire, noyau dur de la recherche de la Plate-forme, qui est pourvu de locaux au rez-de-chaussée du 8 rue Erasme, locaux inaugurés en décembre 2003. Avec la retraite de Loÿe-Pilot, un nouveau maître de conférences, écologiste, David Claessen, est nommé en 2006 et devient le Directeur des études de la Plateforme. Un poste d’ATER permet d’enrichir l’enseignement de la Plate-forme, qui offre désormais quatre modules de 30 heures, sous la forme d’ateliers, pour les élèves, littéraires aussi bien que scientifiques. Les enseignants sont chimistes, climatologues, économistes, géographes, géologues, juristes, mathématiciens, physiciens, et autres.

La Plate-forme bénéficie de sa proximité avec et du soutien du Département TAO, qui est également dirigé par Ghil (sept. 2003 – décembre 2009), mais elle a son autonomie administrative, budgétaire et pédagogique. Elle a pour vocation de devenir de plus en plus autonome et interdisciplinaire et profite de l’enthousiasme des élèves activistes environnementaux et de son association avec des laboratoires et autres centres d’enseignement et de recherche en dehors de l’ENS et même de la France. En 2005, avec l’arrivée à la direction de l’Ecole de Monique Canto-Sperber, elle devient le Centre d’enseignement et de recherche sur l’environnement et la société (CERES-ERTI, Environmental Research and Teaching Institute), éventuel noyau d’un futur Institut de l’Environnement.

En 2007, Denis-Didier Rousseau, Directeur de recherche au CNRS et lauréat de sa médaille d’argent, rejoint le Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD, unité mixte CNRS-ENS-UPMC-X) à l’ENS et apporte son soutien aux activités du CERES-ERTI. Paléontologue de formation et intéressé par les interactions entre aérosols et climat, il devient directeur du CERES en octobre 2010. En 2010, un comité de suivi de la mineure Environnement, dans le cadre du Diplôme de l’ENS, est démarré, pour renforcer la participation des départements de l’Ecole a l’enseignement interdisciplinaire de Environnement ; son président est Claude Kergomard.

En 2014, David Claessen devient directeur du CERES. En 2015, le CERES change de nom et s’appelle désormais : Centre de formation sur l’environnement et la société. Ce changement reflet le nouveau statut de "centre de formation" du CERES. Le chercheurs du CERES sont désormais tous hébergés par leurs laboratoires de recherche de rattachement, dont l’IBENS, le LMD, la Géologie, etc. Les locaux du CERES servent comme avant pour les enseignements et les réunions de travail. Le CERES héberge des enseignant-chercheurs sans laboratoire de rattachement, les professeurs invités, des étudiants, et du personnel non-permanent.