Accueil > Enseignements > Cours et séminaires > Les météores > Les météores

Les météores

S1 + S2

ECTS : 6

Responsable au CERES : Alexis Metzger

Co-responsables : Anouchka Vasak (université de Poitiers), Martine Tabeaud (université Paris Panthéon Sorbonne), Martin de la Soudière (EHESS), Marie-Hélène Pépin (Météo-France)

Volume horaire : 16h

Horaire : jeudi 15h-17h (tous les 3e jeudi du mois)

Ce séminaire pluridisciplinaire propose un éclairage sur les météores. Son titre est emprunté au roman de Jules Verne qui a pour point de départ un article de presse relatant le passage d’un bolide traversant le nord de la France le soir du 16 août 1901. Un météore est donc un phénomène, autre qu’un nuage, que les humains peuvent observer dans l’atmosphère céleste, donc en portant leur regard vers le haut (de meteoros, « qui est en haut, qui s’élève »), Si l’on se réfère au dictionnaire de météorologie d’Oscar Villeneuve, il convient de distinguer les météores optiques, électriques, aqueux ou solides. Les nuages ne sont pas des météores.

La séance d’introduction rappellera l’histoire du mot et de la chose, depuis les Météorologiques d’Aristote jusqu’à l’actuelle typologie. Les séances suivantes seront chacune consacrées à un météore particulier, abordé sous un double angle, celui des représentations (littérature, peinture, mythologie…) et celui de la science météorologique.

En lien avec le réseau perception du climat.

Programme des séances :

18 octobre : introduction sur les météores, Martine Tabeaud (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) et Anouchka Vasak (Université de Poitiers)

15 novembre : le brouillard, Karin Becker (Université de Münster) et Raphaëlle Kounkou (Météo-France)

20 décembre : la neige, Martin de la Soudière (Centre Edgar Morin) et Frédéric Long (Météo-France)

17 janvier : les mirages, Gilles Lapouge

21 février : à préciser

18 avril : à préciser

16 mai : l’arc-en-ciel, Emile Biémont (Académie royale de Belgique). Et sous réserve certains auteurs de Arc-en-ciel et couleurs

20 juin : séance conclusive, Emmanuel Le Roy Ladurie (Collège de France)