Produire plus et mieux

  • Produire plus et mieux

    3 novembre 2010

    Auteur : Brice Auvet Quels types d’agriculture ?
    Version PDF
    A la conjonction de l’environnement et des impératifs d’augmentation de la production, l’agronomie doit renouveler et améliorer l’agriculture. La relation entre l’écosystème et la plante est au cœur de toutes les réflexions sur la production agricole. Si la révolution verte, opérée dès les années soixante, a permis une augmentation massive des rendements grâce à la mécanisation, le contrôle des semences et l’apport massif d’intrants, (...)

  • Utiliser et optimiser l’activité écologique de la terre

    3 novembre 2010

    Version PDF
    Auteur : Sixtine Passot
    Souvent considérée comme un matériau inerte, simple support des engrais et de l’eau, la terre est en fait le siège d’une activité écologique intense qui peut être bénéfique pour les plantes cultivées, pour peu que l’on utilise et oriente ses propriétés de façon adaptée. L’agriculture écologiquement intensive cherche à suivre ce principe. Structure et aération du sol
    L’aération du sol est indispensable à la bonne croissance des plantes. En effet, les petites racines (...)

  • La relation entre l’écosystème et la plante

    3 novembre 2010

    Version PDF
    Auteur : Célestine Delbart
    La révolution doublement verte [1,2] repose essentiellement sur l’intensification de l’écosystème afin de produire plus sans détruire davantage le sol et l’écosystème environnant. Dans ce sens la relation plante/écosystème est un pilier de la révolution doublement verte. Pour ce faire, il est cependant nécessaire de connaître les écosystèmes et d’adapter les systèmes de production aux conditions écologiques des diverses régions de culture et d’élevage : (...)

  • Place de l’agriculteur

    3 novembre 2010

    Auteur : Sébastien Valverde
    Au centre de la mise en place de la révolution doublement verte se trouvent l’agriculteur et les actions qu’il peut entreprendre sur son exploitation pour augmenter ses rendements agricoles tout en conservant l’écosystème. Il s’agit de rationaliser la pression que le producteur exerce sur ses terres en vue de maintenir les capacités productives. Par exemple, par le travail de l’homme, un apport de matière organique morte, tels que les résidus végétaux ou animaux, (...)