CERES
Centre de formation sur l’environnement et la société

Accueil > Recherche > Thèmes > Le gouvernement et l’administration des techno-sciences à l’échelle globale. (...)

Le gouvernement et l’administration des techno-sciences à l’échelle globale. (Projet ANR 2009-2011)

 

 

Dominique Pestre (EHESS, coordinateur), Sezin Topçu (CERES-ERTI), Amy Dahan (CNRS), Jean-Paul Gaudillière (INSERM), Nathalie Jas (Université Paris XI), Soraya Boudia (Université Louis Pasteur)

Ce projet de recherche vise à penser et décrire la manière dont sont régulés et gouvernés aujourd’hui, dans le cadre à la fois mondialisé et libéral (d’un point de vue économique) qui est le nôtre, les savoirs et les produits techno-scientifiques ; mais aussi la manière dont sont régulés et gouvernés les effets de ceux-ci — effets visibles à travers crises et affaires : atteinte à l’environnement par la chimie agricole, atteinte à la santé par l’usage de certains médicaments ou les taux de radioactivité, gestion du réchauffement climatique, etc. Notre but est de saisir l’extrême variété des modes de gouvernement de et par les sciences, de confronter cette variété par des études comparées, et d’en inférer des modèles de compréhension globaux. Le premier point sur lequel nous insistons, car il est peu présent dans le champ STS, est l’ancienneté de bien des modes de gouvernement des techno-sciences. C’est le cas par exemple autour des intrants chimiques dans l’agriculture, de la gestion du nucléaire, de la définition des normes de radioactivité, des modes de mise sur le marché de produits technologiques, etc. Le second objet de cette recherche est de caractériser les modes nouveaux de gouvernement et d’administration des technosciences apparus dans le cadre néolibéral et d’emblée global qui est le nôtre aujourd’hui. Nous avons ici deux objectifs. D’une part décrire les dispositifs concrets et les pratiques effectives de ce gouvernement global à partir d’une série de cas (pesticides, faibles doses radioactives, risques iatrogènes des médicaments, nucléaire civil, changement climatique) ; d’autre part d’établir des généalogies (au sens foucaldien du terme) de quelques-uns des éléments clés de l’ordre discursif nouveau qui est celui de la "gouvernance".